Plus blanc que blanc. Une étude critique des travaux sur la whiteness

À la différence des États-Unis ou de la Grande-Bretagne, les questions « raciales » restent très largement un « impensé » scientifique pour les chercheurs français en sciences sociales et, de fait, les travaux en langue anglaise sur les questions de « race » restent, jusqu’à une période récente, mal...

Descripción completa

Detalles Bibliográficos
Autor Principal: Bosa, Bastien Andre
Formato: Capítulo de libro (Book Chapter)
Lenguaje:Francés (French)
Publicado: Editions La Decouverte 2010
Materias:
Acceso en línea:https://repository.urosario.edu.co/handle/10336/28537
id ir-10336-28537
recordtype dspace
spelling ir-10336-285372020-08-28T15:50:22Z Plus blanc que blanc. Une étude critique des travaux sur la whiteness Más blanco que el blanco. Un estudio crítico del trabajo sobre la blancura Bosa, Bastien Andre La construction historique de la blanchité La coloration de l’incolore La catégorie blanc est-elle racialement neutre La dimension politique et normative Les limites des whiteness studies À la différence des États-Unis ou de la Grande-Bretagne, les questions « raciales » restent très largement un « impensé » scientifique pour les chercheurs français en sciences sociales et, de fait, les travaux en langue anglaise sur les questions de « race » restent, jusqu’à une période récente, mal connus en France. Je voudrais combler en partie cette lacune en présentant un secteur de la recherche très dynamique aux États-Unis, mais dont on n’a reçu quasiment aucun écho en France : celui des études sur la whiteness. Le mot whiteness lui-même est d’ailleurs presque impossible à traduire (blancheur ? blanchité ? blanchitude ?) et il me semble qu’il existe un malentendu qui tend à provoquer une méfiance a priori vis-à-vis de l’usage d’un tel concept : alors même que l’expression « whiteness studies » peut laisser penser que les auteurs qui se réclament d’un tel courant sont engagés dans une entreprise de réification ou, pire, de promotion de « l’identité blanche », la quasi-totalité d’entre eux revendiquent en fait une vision « constructiviste » qui vise à la fois à « déconstruire » et « dénaturaliser » la catégorie « blanc » (notamment par une démarche historique, mais aussi en en soulignant la diversité interne à cette catégorie) et à dénoncer les privilèges dont bénéficient les Blancs. Il s’agira donc dans ce texte de présenter à grands traits les orientations générales de ce courant aux États-Unis, dont je suggérerai la fécondité potentielle dans le cadre français. 2010-01-01 2020-08-28T15:49:17Z info:eu-repo/semantics/bookPart info:eu-repo/semantics/publishedVersion ISBN: 9782707174536 https://repository.urosario.edu.co/handle/10336/28537 fr info:eu-repo/semantics/restrictedAccess application/pdf Editions La Decouverte Les nouvelles frontières de la société française
institution EdocUR - Universidad del Rosario
collection DSpace
language Francés (French)
topic La construction historique de la blanchité
La coloration de l’incolore
La catégorie blanc est-elle racialement neutre
La dimension politique et normative
Les limites des whiteness studies
spellingShingle La construction historique de la blanchité
La coloration de l’incolore
La catégorie blanc est-elle racialement neutre
La dimension politique et normative
Les limites des whiteness studies
Bosa, Bastien Andre
Plus blanc que blanc. Une étude critique des travaux sur la whiteness
description À la différence des États-Unis ou de la Grande-Bretagne, les questions « raciales » restent très largement un « impensé » scientifique pour les chercheurs français en sciences sociales et, de fait, les travaux en langue anglaise sur les questions de « race » restent, jusqu’à une période récente, mal connus en France. Je voudrais combler en partie cette lacune en présentant un secteur de la recherche très dynamique aux États-Unis, mais dont on n’a reçu quasiment aucun écho en France : celui des études sur la whiteness. Le mot whiteness lui-même est d’ailleurs presque impossible à traduire (blancheur ? blanchité ? blanchitude ?) et il me semble qu’il existe un malentendu qui tend à provoquer une méfiance a priori vis-à-vis de l’usage d’un tel concept : alors même que l’expression « whiteness studies » peut laisser penser que les auteurs qui se réclament d’un tel courant sont engagés dans une entreprise de réification ou, pire, de promotion de « l’identité blanche », la quasi-totalité d’entre eux revendiquent en fait une vision « constructiviste » qui vise à la fois à « déconstruire » et « dénaturaliser » la catégorie « blanc » (notamment par une démarche historique, mais aussi en en soulignant la diversité interne à cette catégorie) et à dénoncer les privilèges dont bénéficient les Blancs. Il s’agira donc dans ce texte de présenter à grands traits les orientations générales de ce courant aux États-Unis, dont je suggérerai la fécondité potentielle dans le cadre français.
format Capítulo de libro (Book Chapter)
author Bosa, Bastien Andre
author_facet Bosa, Bastien Andre
author_sort Bosa, Bastien Andre
title Plus blanc que blanc. Une étude critique des travaux sur la whiteness
title_short Plus blanc que blanc. Une étude critique des travaux sur la whiteness
title_full Plus blanc que blanc. Une étude critique des travaux sur la whiteness
title_fullStr Plus blanc que blanc. Une étude critique des travaux sur la whiteness
title_full_unstemmed Plus blanc que blanc. Une étude critique des travaux sur la whiteness
title_sort plus blanc que blanc. une étude critique des travaux sur la whiteness
publisher Editions La Decouverte
publishDate 2010
url https://repository.urosario.edu.co/handle/10336/28537
_version_ 1676708491874533376
score 11,383075